L'histoire du CUJD

" Un coin de nature à 10 mn de Grenoble "

Image

Image

En 1964, l'assemblée générale de l'ERG (Eglise Réformée de Grenoble) décide l'achat d'une maison possédant un terrain de 1,5 hectare à Montbonnot. Cet achat avait un double but : avoir des locaux pour les jeunes (à l'époque l'ERG louait fort cher des locaux sur le chemin de halage à Grenoble), avoir un lieu de réunion et de rassemblement pour la paroisse (le lieu utilisé avait été très longtemps « Brise des Neiges » à la Tronche, maison vendue par l'association qui avait été propriétaire + mise à disposition d'une maison à la Tour sans Venin).

La maison achetée, il fallait la mettre en état. Un plan de travaux fut établi, comportant la transformation du hangar attenant en une salle de réunion et une terrasse.

Pour qu'il soit possible à des groupes de coucher, un dortoir fut aménagé au 1er et au 2ème étage de la maison. Pour s'occuper des travaux et pouvoir obtenir des subventions, une association loi 1901 fut créée ; elle prit le nom de Centre Unioniste de Jeunesse du Dauphiné (CUJD). Grâce à des subventions, un appel à la paroisse et des travailleurs bénévoles, les travaux nécessaires furent réalisés.

Initialement, il était prévu que le CUJD assurait les tâches matérielles, et qu'un comité d'animation organiserait la vie de la maison. Malheureusement ce comité n'a jamais vraiment existé et le CUJD a du prendre en charge l'animation. Au bout de quelques années, le CUJD se rendit compte que la maison ne pouvait fonctionner que si des résidents demeuraient sur place. Cela nécessitait l'aménagement d'un logement.

Image

Image

En 1971 deux emprunts furent contractés ; l'un auprès d'un paroissien, un autre auprès du Crédit Agricole. Il fut entendu que le CUJD organiserait chaque année une kermesse pour assurer le remboursement des ces emprunts. En 1972, les premiers résidents M et Mme BINI (ex concierges du Temple) s'installaient.

La transformation de la maison entrainant la disparition du dortoir, le problème de couchage se posait. Il fut d'abord résolu par l'achat, grâce à des subventions, d'une tente militaire. Malheureusement elle prenait l'eau. Un produit fut acheté pour l'imperméabiliser ... ce produit brûla le tissu et la tente ne fut plus utilisable. On décida alors d'acheter à la ville et d'installer un bâtiment préfabriqué ayant servi de salle de classe ; mais ce bâtiment comportait des matériaux inflammables et les commissions de sécurité en interdisaient l'utilisation. Après avoir hésité à construire un bâtiment en dur, il fut décidé de transformer complètement l'intérieur du préfabriqué en remplaçant les matériaux inflammables par d'autres.

Au bout de quelques années, le conseil presbytéral s'opposa à l'existence de la kermesse, la tombola qui accompagnait celle-ci était tout particulièrement condamnée. La kermesse fut donc remplacée par une journée d'offrande au profit de la paroisse, celle-ci prenant en charge le remboursement des emprunts, ce qui eu lieu jusqu'en 1982.

Quelles sont à l'heure actuelle les responsabilités respectives du CUJD et de la paroisse ? La paroisse, propriétaire des lieux a, en principe, la charge des grandes réparations. La caisse immobilière de la paroisse de Grenoble est, à ce titre, intervenue deux fois pour la réparation de la charpente et celle de la rambarde. Le CUJD a la charge d'assurer les dépenses courantes : chauffage, électricité, eau, petites réparations, de trouver et de nommer les résidents qui sont logés, chauffés, éclairés, mais ne reçoivent pas de salaire.

Les dépenses correspondant à la marche de la maison sont couvertes par les recettes provenant de la mise à disposition des salles. Le CUJD a toute liberté pour choisir les utilisateurs, à condition de donner la priorité aux activités paroissiales. Des centres aérés du mercredi et des vacances scolaires ont utilisé le CUJD pendant quelques années. Actuellement, une association grenobloise occupe le CUJD en juillet et août comme un lieu d'activité pour son centre aéré d'été. C'est d'ailleurs pour cette raison que le CUJD a reçu un classement spécifique par rapport aux normes de sécurité en plus d'un établissement recevant du public. Le CUJD est inspecté régulièrement dans ce cadre. Par contre, le CUJD n'a plus de possibilité d'hébergement du fait des normes drastiques dans ce domaine.

Image

En 1996, un bail emphytéotique de 40 ans a été signé entre la paroisse et l'OPAC 38 pour occuper une parcelle de 3000m2 non utilisée et y construire un immeuble de 28 logements. Ce bail s'est fait sous la forme d'un versement unique qui a permis à la paroisse de construire un presbytère sur une autre parcelle de la propriété et de financer en partie la construction d'une nouvelle salle de réunion de 140 m2 attenante à l'ancien bâtiment du CUJD, en supprimant le préfabriqué. Depuis, l'ancienne salle de réunion est devenue la salle cheminée qui permet les soirées au coin du feu (raclette, crêpes, fondues, jeux, contes, soirée à thème, etc...). Le CUJD peut servir également de lieu d'exposition d'oeuvres d'art.

Le CUJD dispose donc d'un parc très prisé et d'une partie boisée aménagée pour les cultes de rassemblement lors des journées d'offrande de juin et de septembre. Ces espaces sont situés dans des zones non constructibles. La seule partie constructible restante a permis l'installation, en 2008, d'un abri de jardin de 20m2 très utile pour entreposer à la fois le matériel de jardinage et le mobilier pour les cultes.

La recette des mises à disposition des salles et certains dons ont permis au CUJD de suivre les évolutions des normes de sécurité et d'apporter aux bâtiments différentes améliorations sans oublier les travaux de réhabilitation de l'appartement. Nous pouvons citer le ravalement des façades en 2007 qui a modifié l'aspect extérieur de la maison. En 2010, la commune a créé un cheminement piéton / cycle en bordure de propriété, inscrivant le CUJD dans un maillage urbain alors qu'à l'origine, c'était la campagne.

Certains groupes de paroissiens comprennent mal que, reçus gratuitement dans les locaux de la salle Girard Clot, ils doivent payer une location à Montbonnot. Cela provient évidemment de ce que les frais de chauffage et d'éclairage ne sont pas pris en charge par la paroisse, pour Montbonnot. Le CUJD ne souhaite pas être extérieur à la paroisse. Il serait bon qu'un plus grand nombre de paroissiens acceptent d'appartenir à l'association CUJD en versant une petite cotisation et en participant aux chantiers organisés deux fois par an.

Sources : archives et article d'André JACOB dans Réveil de septembre 1989

Les président(e)s de l'Association

1967 : Mme FINE

1969 : M. GENTIL

1971 : M. DE ROBERT

1975 : M. Henri CABANAC

1978 : Mme Violette PRUNIER

1992 : M. Pierre DENAT

1995 : Mme Dany MEUNIER

1999 : Mme Anne Christine DIANOUX

xxxx : M. Jean-François LIBOT

Les résident(e)s

1971 : M.Mme BINI

1975 : M.Mme PACHER

1979 : M.Mme BONNARD

1982 : M.Mme FIANCETTE

1986 : M. GALLO et Mme GUIGUET

1992 : M. BALLU et Mme YOUKANA

1994 : M.Mme Franck et Sylvie NESPOULET

2006 : M.Mme Bertrand et Claudine MISSEMER

2011 : M.Mme Bruno et Claire ASIEN

2015 : Mme Nathalie RUIZ et M. Laurent MESSINA